Né Ho Centre

prochaine évènements : Afterwork dédier aux professionnels de santé Lundi 10 juin. Info et réservation au 06 34 20 08 74

LA RÉALITÉ DU BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Revenons-en aux bases : il existe une définition officielle pour le bien-être au travail, issue de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).


” Selon l’organisation, le bien-être est un état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d’un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l’autre les contraintes et les possibilités du milieu de travail. “

* Les 2 choses les plus importantes qui n’apparaissent pas sur le bilan de l’entreprise : sa réputation; ses hommes; Henry Ford (1863 – 1947)

Certaines organisations l’ont abordé avec une perspective stratégique tant elles ont compris qu’il représente un enjeu qui va profondément impacter le monde du travail pour les années à venir.


Quand il est mis en œuvre de manière sincère, le bien-être au travail est un formidable levier de transformation positive :

Les collaborateurs sont plus satisfaits de leur travail,
Les entreprises sont plus fonctionnelles et la société se porte mieux dans son ensemble.

Qu’est-ce le bien vivre et le bien être en entreprise ?
La performance de l’organisation doit-elle passer par l’épanouissement des salariés.
L’épanouissement au travail est-ce un moteur pour les organisations ?
Pourquoi prendre soin des autres (salariés)…sans oublier (le dirigeant).

C’est autant de question que se posent de nombreux dirigeant(es) et collaborateur(trices) au sein des entreprises. Au contact direct des équipes, sur le terrain ou à distance, ils sont les maillons les plus pertinents de cette « nouvelle normalité ». C’est à eux que l’on demande de prendre en compte les inquiétudes, de gérer les changements opérationnels, de faire respecter les nouvelles règles, de ne pas oublier de valoriser, de rassurer et de faire confiance tout en ayant une épée de Damoclès au-dessus de la tête avec un risque de désorganisation au sein des entreprises et la crainte du lendemain.

Pour beaucoup, ces dernières années se sont révélées épuisantes et déstabilisantes et ce dirigeant(e) et manager ont dû à gérer en même temps la réorganisation au travail (télétravail), leur organisation familiale, les contraintes personnelles et les propres angoisses liées aux crises successives.

Des hommes et des femmes en première ligne, sur le front à qui on demande plus de proximité, d’écoute et de reconnaissance.

Mais qui pense à eux ?

Aujourd’hui, il est temps de porter une attention toute particulière, à travers des mesures de soutien, d’accompagnement, d’écoute, mais aussi et surtout de déconnexion pour leur permettre de se recentrer.
Avec pour seul objectif de transformer positivement toutes ses épreuves.

Pourquoi faire appel au coaching professionnel holistique ?
Le coaching professionnel holistique permet de mettre l’humain au cœur de la stratégie de l’organisation.
Il accompagne et aide une personne (dirigeant, manager porteur de projet, …) à atteindre ses objectifs professionnels de la manière la plus efficace possible, en un minimum de temps.
Il permet d’apprendre à mieux se connaître, de se développer, de s’épanouir et de stimuler sa créativité tout en étant surpris de ses propres compétences et performances.

Le coaching professionnel holistique doit répondre à un vrai besoin.

Pour le dirigeant(e) :
• Sortir de sa solitude qui fait partie de son quotidien
• Garder le cap qu’il s’est fixé

Pour les collaborateurs :
• Gestion de carrière, motivation et épanouissement

Le coaching professionnel holistique pourra dès lors allier les deux approches tant psychologiques qu’énergétique afin d’obtenir une véritable pertinence et efficacité sur les personnes.

Quels sont les enjeux pour l’entreprise ?
En fait, le bonheur des salariés a un impact direct sur leur motivation. Le bien-être en entreprise booste la productivité. Au plus un employé se sent bien dans sa peau, au plus il sera productif.
De plus, les jeunes générations ne veulent plus se tuer au travail. L’équilibre vie professionnelle vie privée n’est plus négociable. Pour attirer de jeunes travailleurs, la rémunération seule ne suffit plus.

L’amélioration des conditions de travail aide aussi managers et directions à faire chuter le taux d’absentéisme et à lutter contre l’épuisement professionnel (burn-out) et la démission intérieure (brown-out).

En conclusion
Privilégier le bien-être au travail ? L’entreprise a tout à y gagner.
Ce protocole touche dans sa globalité et perçoit toute la complexité de l’humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *